La forêt de la mort

La forêt de la mort

Cette histoire a été traduite avec Translator. Je ne sais pas comment c’est la qualité. Je suis curieux à ce sujet. Souhaitez-vous me faire savoir cela, si nécessaire, s’il vous plaît.

Avec le livre à la main, il l’a dirigée vers un endroit où, malgré ses questions répétées, il ne voulait pas vous en parler. Sur une vieille table en bois, ils ont volé leurs accessoires de pique-nique. Elle le regarda dans l’amour et curieux, mais aussi un peu inquiet. Depuis qu’il a eu le livre, il avait changé et tranquillement.
Elle s’attendait à ce qu’il lui dise de quoi il s’agissait. C’est arrivé, parce qu’il a dit, “Ce livret a fait mon grand-père lui-même et m’a laissé derrière. Il s’agit d’une forêt qu’il a vécu une aventure comme un jeune homme, qu’il n’a jamais dit à personne; pas même ma grand-mère Aurore. Maintenant que je l’ai lu, je sais aussi pourquoi.
Elle le regarda et vit, à son grand soulagement, que son changement des dernières semaines avait disparu à nouveau.
“Maintenant, vous pouvez le lire,” at-il poursuivi.

Sur la couverture du livret était le texte ridicule:
“La forêt de la mort.”

« Comme vous le savez, nous construisons une fromagerie en France. Ca va être beaucoup trop lent. Tu vas là-bas pour au moins un an pour aider. Avec votre talent organisationnel, cela devrait être possible plus rapidement.
Un beau compliment, cependant. Ce que mon patron n’a apparemment pas réalisé, c’est que ma connaissance beaucoup trop limitée de la langue Français causerait un problème. Pour les vacances, c’était suffisant, mais pas pour mener un grand projet pour Français. Avant que je puisse formuler une question à ce sujet, mon patron a dit: «Vous allez à un cours d’urgence Français lundi prochain.”
Il s’en était rendu compte.

Sur le chemin du retour, j’ai eu le temps de réfléchir aux conséquences de l’affectation à travers les embouteillages quotidiens. En raison des vacances avec mes parents, mon amour pour la France était aussi grand que le pays lui-même. Ils s’y étaient installés il y a des années, avec ma sœur cadette. L’hôtel qu’ils ont acheté il ya des années a été un grand succès. Quelques fois par an, je leur rendais visite. Maintenant, je pouvais aller à eux un peu plus souvent, parce que l’usine était à moins de 100 kilomètres d’eux. Jusqu’à présent, rien que des avantages. J’ai pensé que j’avais de la chance d’être à l’extérieur du tribunal que ma cour soit sortie.

Pendant la première semaine en France, je n’ai installé ma maison que pour voir comment les gens y travaillaient. Sans interférer avec la façon dont les choses vont, j’ai regardé le travail de communication. Autant que possible, j’ai appris la Français façon de travailler et de penser. Très discrètement, j’ai commencé à régler la lutte mutuelle entre les différents départements. Pour cela, j’ai organisé des dîners avec les chefs de département le vendredi après-midi. Au cours de ces réunions, j’ai eu tout le monde sans interruption expliqué leurs idées. Après quatre semaines il y avait une amélioration marquée pendant la construction notable. En laissant chacun à leur valeur, j’ai gagné de plus en plus de respect de la part des Français. Maintenant, je pourrais très soigneusement mettre en avant mes idées sur la construction.

L’hiver a disparu. En raison de la paix et le calme dans l’hôtel, mes parents ont pu venir à moi un peu plus souvent. Ma sœur, une blonde de vingt-deux ans, me rendait aussi régulièrement visite. Cela a été extrêmement apprécié par mon cercle d’amis en pleine croissance. L’été était divin et régulièrement je manmais avec mes amis. À ces occasions, une fille était également présente appelée Aurore. Après quelques réunions, nous avons ressenti quelque chose l’un pour l’autre, je pensais. Parce que je n’avais aucune idée de comment les gens pensaient à ce sujet dans le village, j’ai tenu, contre ma volonté, loin d’elle. Pendant la saison estivale, mes parents et ma sœur sont devenus plus occupés à nouveau. Très occasionnellement, nous avons pu nous rencontrer.

L’été semblait, mais n’était pas sans fin. Les raisins ont été cueillis et les vendanges ont commencé. Un samedi, il y avait une fête de récolte dans un petit village. Tous les amis, y compris Aurore et ma sœur, étaient présents. Jean, un médecin qui avait également travaillé avec des médecins sans frontières, était là aussi. Les histoires qu’il racontait nous donnaient une vision différente de la vie. Ma sœur s’intéressait particulièrement à l’homme derrière le médecin. Cet intérêt était mutuel, j’aurais vu.
Une sucette se tourna involontairement vers la broche au-dessus d’un feu de charbon de bois. Bien sûr, les vins ont été dégustés et discutés. Débats houleux sur la question de savoir si l’embouteillage a suivi ou non. Quelques lots de vin ont été revendus dans son intégralité, les meilleurs ont été mis en bouteille sur le domaine. Dans les cuves en acier inoxydable, le nouveau vin est en train d’émerger. Le cochon a commencé sa dernière tâche dans ce monde et il avait un excellent goût. Le vin a fait son travail et les histoires sont devenues plus fortes, jusqu’à ce qu’ils sont allés sur une forêt avec le nom ridicule: “La forêt de la mort.”
Bien sûr, ma curiosité a été éveillée et j’ai commencé à poser des questions à ce sujet. Ces questions ont été esquivées. On leur a dit qu’il était là et c’est tout. Je pensais que j’étais très intelligent et j’ai pensé que c’était bien. Les feux ont été allumés et le vin a été échangé contre de la liqueur maison. Cette liqueur a également été faite sur les crêpes, qui ont été faites au-dessus des restes du feu de porc dans d’énormes casseroles noires. Les flammes donnaient de belles flammes bleues. Mon Dieu, c’est la vie que je pensais. Ma sœur et son docteur Jean sont venus s’asseoir avec moi.
“Dois-je prendre un verre?” jean offert.
“Super endroit pour séjourner”
«Comment l’aimez-vous?”
“Je pense que c’est un bébé.”
“C’est ce que vous dites à intimider.”
“C’est vrai. Je pense que vous êtes un beau couple.
“Il m’a demandé d’aller quelque part ensemble demain.”
“Alors, c’est vraiment à?”
Malgré la lueur du feu sur son visage et l’influence du vin, je l’ai vue rougir de toute façon.
“Oui, j’en suis amoureux.”
Je lui ai donné un baiser et lui ai dit, “Je suis heureux pour toi, c’est un gars très gentil.”
Jean est revenu avec quatre verres avec un atout de couleur toxique. Le goût n’était certainement pas toxique. Maintenant, j’ai eu quelqu’un pour me donner plus de détails sur la forêt infâme. À contrecœur, Jean a répondu à mes questions.
« Pendant la guerre, les actes de résistance se sont poursuivis et de nombreuses personnes recherchées par les Allemands sont allées dans la forêt pour se mettre à l’abri. Ce que les villageois pensaient étrange, c’est que la nourriture ou toute autre aide n’a jamais été demandée par les résistants. Pourquoi on n’a jamais entendu parler des réfugiés dans les bois à nouveau surpris tout le monde. Les raisons pour lesquelles les Allemands ont disparu ont été jugées moins illogiques; qui ont été abattus par la résistance était l’opinion.

Vers la fin de la guerre, un Hans, alors chef des Allemands dans le village, est allé dans les bois avec une patrouille pour éliminer la résistance. On ne les a jamais revus. La guerre était finie et quelques fermiers sont allés dans les bois pour le dire aux gens là-bas. Ils ne sont jamais revenus et des gens qui se cachaient et les gens de la résistance n’ont plus jamais rien entendu. Depuis, la forêt a été appelée « La forêt de la mort ». Personne n’y va encore.
Pendant le récit de Jean, un certain nombre d’amis et D’Aurore étaient venus nous voir.
« Je pense que c’est une histoire merveilleuse, mais je n’y crois pas du tout », ai-je dit.
“Allez, allez, il n’y croit pas,” il semblait méfiant.

Les crêpes goûté comme je n’ai jamais goûté à nouveau après cela. Après cela, toutes sortes de saucisses et de fromages sont venus sur la table. J’ai laissé les liqueurs et je suis passé à une bière. Encore et encore, l’un a commencé, puis l’autre sur la forêt. À un moment donné, j’ai dit : « Tu sais quoi ? C’est de la superstition, je vais marcher à travers cette forêt, et ensuite vous verrez que c’est tout non-sens; Quelle est la taille est-il de toute façon?
“Une petite forêt, dix kilomètres de large et quarante de long,” a été la réponse.
« C’est deux heures de marche sur sa plus longue », me vantais-je en riant.
C’était vrai, ont-ils reconnu, mais personne n’est jamais revenu des bois. Un sourire sly était ma réponse et j’ai pensé, je me suis fait botter bien, maintenant je peux marcher à travers cette forêt avec ma tête stupide le matin. Je pensais que la ténacité de leur histoire était étrange. Je savais que c’était une blague, mais tu ne duvais pas si longtemps, il y en a toujours une qui ne peut pas se taire.

Les vignerons ont commencé à faire de la musique et une chanson a été chantée par Aurore. Après avoir chanté, la danse a commencé. Comme nous nous sommes assis soufflant, je m’attendais à ce qu’elle me dise que l’histoire de la forêt était d’un non-sens de la mort. Étonnamment, elle a dit que sa grand-mère avait également disparu dans les bois à la recherche de son mari et son fils.
« Ma mère a été laissée seule. Elle a grandi avec le frère de sa mère. Elle a épousé un vigneron et je suis venu de là. Ma mère parle souvent d’elle; il doit avoir été une femme fantastique.
— Tout comme vous, dis-je.
Son sourire a dansé sur les fêtards et elle m’a murmuré sérieusement à l’oreille : « N’allez pas dans les bois, c’est vraiment mortel. »
Avec la promesse que j’y penserais, nous avons dansé plus loin. La fête a vraiment commencé et la forêt a disparu au loin, où elle a entendu. Juste à temps, j’ai eu la réalisation de passer à l’eau.

Le lendemain matin, avec une gueule de bois, je me tenais près de la route qui marchait dans la forêt infâme, pour commencer mon voyage. Bien sûr, mes amis ne voient pas d’ombre. Je m’en fichais aussi. Avec suffisamment d’eau et de nourriture avec moi, j’étais tout à fait à la recherche de la promenade. Au-dessus de la colline, une voiture est venue en courant bruyamment klaxonnant. Maintenant, je vais l’obtenir, j’ai pensé et a décidé de laisser le prochain spotteren aller sur moi. Deux amies, Aurore, Jean et ma sœur sont sorties et ont commencé à parler français dans le rap. Ce qui est bizarre, c’est qu’il n’y avait pas de rire, au contraire, ils m’ont supplié de ne pas y aller. Pour jouer le jeu avec, j’ai dit,
“Ne vous inquiétez pas, j’ai pour trois jours de nourriture et de boissons avec moi et une boussole.”
Aurore et ma sœur étaient opposées aux hommes.
La seule chose qui m’inquiétait, c’est qu’Aurore me regardait de façon effrayante.

Ils ont tenu et ils ont même essayé de m’arrêter corps quand j’ai commencé à marcher vers la forêt. Avec une torsion, je les ai secoués et courut dans les bois. Derrière moi, je n’ai plus entendu de protestations et j’ai commencé ma marche à un rythme soutenu. Blague ou pas blague, la marche va me faire du bien, je pensais.

La route est entrée directement dans les bois et j’ai pensé, si ça continue comme ça, je serai de l’autre côté dans une heure et demie. Ce que je n’ai pas remarqué, c’est qu’il n’y avait pas de brindille ou d’aiguille de pin sur la route, donc la question: qui garde cette route si terriblement propre? Je me suis retourné et je voulais saluer mes amis à la lisière de la forêt. La route derrière moi avait disparu, au lieu il y avait jusqu’à présent je pouvais regarder les arbres. Je pensais que je n’aurais pas pu marcher aussi loin. Pour la première fois, j’ai eu peur. J’ai réussi à supprimer la tendance à courir dans la direction d’où je viens. Ne paniquez pas, il y a une explication logique, c’est coincé par l’alcool, je me suis gardé devant.
J’ai décidé de continuer dans la direction où j’ai commencé. Je me suis retourné tranquillement. La route avait disparu là aussi.
“Merde, comment est-ce possible?”
Personne n’a répondu. Je me suis assis sur une souche d’arbre pour réfléchir à la situation et faire un plan d’action. D’abord de la nourriture et des boissons, j’ai décidé. Après un sandwich au jambon et au fromage et un demi-litre d’eau, tout doit revenir à la normale, je pensais. Pour avoir ce pris bien dans mon corps, je me suis assis en face de la souche d’arbre sur le sol et fermé les yeux pendant un certain temps.

Avec un ronflement fort, je me suis réveillé un peu plus tard parce que je tombais d’un arbre dans mon rêve. Je me sentais beaucoup mieux, mais la route n’était pas de retour. Pour ne pas marcher en quelques tours, j’ai attrapé ma boussole et j’ai commencé à marcher vers le nord. Avec le soleil sur ma main gauche et la boussole dans ma main droite, j’ai marché à travers. Après une centaine de mètres, la boussole a commencé à s’écarter de la position du soleil. Si le soleil est déplacé, ou la boussole n’est pas bon, je pensais. L’anomalie devenait plus forte et j’ai décidé de garder le soleil. J’ai mis la boussole cassée dans ma poche et j’ai marché dessus. Comme je marchais droit, le soleil a commencé à se déplacer, pour mes sentiments. L’ombre d’un arbre se détourna de moi aussi longtemps que je marchais. Je me suis arrêté, l’ombre s’est arrêtée aussi. La peur vague que je ressentais tout le temps est devenue plus forte. Maintenant, je n’avais pas de prise dans quelle direction j’ai dû marcher. Ma peur autant que possible oppressive, j’ai commencé sans prêter attention à quoi que ce soit.

Le bruit familier des aiguilles de pin crépitantes et des brindilles de rupture a disparu et la forêt a commencé à regarder très différent. Les fougères qui poussaient entre les arbres devenaient de plus en plus grandes. Le soleil, que je n’avais rien à voir avec, a été très occasionnellement vu entre les fougères énormes. Parce que les arbres ont conservé la même épaisseur, je savais que je ne changeais pas dans un leprechaun. Après un certain temps, combien de temps je ne me souviens pas, j’ai vu un petit chalet. Au-dessus de la porte d’entrée était un drapeau avec une croix gammée sur elle. Curieusement, j’ai regardé à l’intérieur. Contrairement à l’extérieur, le chalet avait l’air bien à l’intérieur. Il y avait une table et quelques chaises, sur lesquelles il n’y avait pas de couche épaisse de poussière. Contrairement à la route au début de la forêt, cela ne se démarquent pour moi et j’ai pensé: pour un chalet où personne ne vient jamais, il semble très propre. Qui est la femme de ménage ici ?
Sur le mur il y avait des affiches avec un portrait dessus.
Je suis allé voir le portrait au milieu de la noirceur. La peur que j’avais à peu près sous contrôle est maintenant revenue à une infiniment plus grande mesure, parce que sur l’affiche mon visage se tenait. Sous mon portrait, le texte était en allemand : « La vie en danger, le tir direct. »
Soigneusement, je me sentais avec ma main si l’image était réelle. Un coin était lâche et j’ai commencé à tirer doucement. Une porte s’ouvrit lentement et une voix de barse dit en allemand : « Qu’est-ce que tu fais ? »
Avec un con, je me suis retourné et j’ai vu un officier vêtu de l’uniforme de la Seconde Guerre mondiale, debout dans la porte. Il m’a reconnu et a saisi son arme. Pure envie de survie a repris ma pensée et avec un saut formidable je suis allé à la porte extérieure. Le coup d’arme résonnait dans les bois. Une douleur terrible dans mon bras a été le résultat et j’ai commencé à courir ou en fait voler plus, parce que mes pieds ne semblent pas toucher le sol. J’ai couru jusqu’à ce que j’étais complète ment épuisé. Mon bras saignait violemment et avec un mouchoir en papier j’ai essayé de l’ajuster.

Avec ma main sur la blessure, j’ai commencé à marcher tranquillement. Après un certain temps, je me suis accroché au bras que j’ai tenu sur la plaie et j’ai commencé à chercher une autre solution. Autour de moi se tenaient les grandes fougères et j’ai cueilli une feuille. Le côté laisse j’ai braconné et j’ai laissé un grain long dur. C’est ce que j’ai enroulé autour du mouchoir sur la plaie. Avec ma main libre et ma bouche, je pourrais éventuellement obtenir un noeud. L’hémorragie semblait arrêtée.
Le silence dans la forêt était absolu et n’a été perturbé que par mon cœur battant. Un sentiment étrange mais agréable de bien-être dans ma situation, a commencé à ramper et j’ai pensé: je survis tout de toute façon. Le temps et le lieu sont devenus de plus en plus unplus et curieux ce qui allait venir, j’ai marché tranquillement plus loin.

Le silence a été légèrement touché un peu plus tard par un beau son. Je me suis arrêté pour écouter. Il chantait et beau aussi. Il m’a fallu beaucoup d’efforts pour déterminer la direction du son. Dans les bois, il semblait venir d’un autre côté. À l’extrême, j’ai pu déterminer la direction. Avec la peur du chalet encore dans les jambes, je marchais doucement vers la voix. Un autre, presque aussi beau son, est venu par la voix. On fait mûrir de l’eau, donc il y a la voix, je le savais intuitivement. Aussi calme que possible en cours d’exécution, j’ai atteint un petit ruisseau. Lentement, je marchais en amont à la voix de plus en plus fort. La pensée d’une histoire d’un homme attiré par le chant sirène selaps dans mon esprit.
“Heureusement, je ne m’appelle pas An Odysseus”, ai-je plaisanté pour tenter de me rassurer. Le bruit de la rivière est devenu un peu plus fort. Je pensais qu’une chute d’eau devenait plus jolie. Quelque chose dans le chant a commencé à se démarquer pour moi. C’était une chanson que j’avais entendue hier soir, la voix aussi, c’était à Aurore. C’est une illusion, quelqu’un a fait quelque chose dans mon verre, je pensais. J’ai failli courir vers elle. La douleur dans la blessure par balle, qui saignait à nouveau violemment, m’a rappelé qu’il était très réel pour une illusion. Je me suis faufilé dans la voix jusqu’à ce que je vois entre les feuilles par une femme laver des vêtements dans une petite piscine, au pied d’une cascade. C’était ses propres vêtements, parce qu’elle était nue. Avec ses fesses sur ses couts, elle s’assit avec son dos vers moi. Ses cheveux noirs bouclés se sont terminés là où ses fesses ont commencé. Même dans cette position, elle était une beauté. Elle ne savait pas que j’étais là, j’ai remarqué, parce qu’elle a continué à chanter avec ses poursuites. La beauté de la femme et sa belle voix étaient en parfaite harmonie avec les environs.

La lumière du soleil dansait à travers les branches se déplaçant sur le vent doux dans la cime des arbres. Il illuminait les mille nuances de vert au fond de la forêt. L’épaisse couche de mousse sur les pierres et le rivage du petit lac, avait une nuance de couleur vert clair à presque brun. De petites fougères poussaient sur les pierres du ruisseau. En jouant la lumière tempérée sur sa peau, il semblait qu’elle était faite d’ivoire liquide. Ce doit être beaucoup plus agréable que le paradis, je pensais. Elle a arrêté de se laver et se tenait debout. Lentement, elle se retourna avec une chemise devant son visage. Elle a commencé à accrocher la chemise noire et antique sur une branche d’arbre. Malheureusement, le chant s’était arrêté. La chemise pendait à son goût et comme elle s’écartait et je pouvais la voir tout le chemin, elle a dit, “Bonjour Hollandais.”
Le ton et la façon dont cela a été dit ne pouvait être fait par une Française. Le mélange de séduction et de sensualité tamisée, mais aussi la croyance en mon propre pouvoir m’a fait sentir, pour le dernier son, un picotement sur tout mon corps. La chair de poule que j’ai eu ce est resté agréablement présent.
“Aurore, qu’est-ce que tu fais ici?” j’ai balbutié, ne réalisant pas qu’elle ne pouvait pas savoir que j’étais ici, parce qu’elle ne pouvait pas me voir.
Avec sa main fine, elle m’a invité à m’approcher. Sa nudité était si naturelle que je ne l’ai plus vue. Hésitant, je me suis approché d’elle, lentement il m’est apparu que ce n’était pas Aurore. La ressemblance était frappante, mais j’ai vu les petites différences de toute façon. — Qui êtes-vous, demandai-je en connaissant ly.
“La grand-mère de ta bien-aimée.”
Aimé, répondis-je surpris.
“Viens, allez, Hollandais, ne soyez pas surpris maintenant.”
Elle avait exactement la même façon de parler, de bouger et la même façon coquine de la regarder comme Aurore. J’hésitais à tendre la main pour m’assurer qu’elle était réelle. Elle saisit ma main et le plaça contre sa joue de velours. Je lui ai caressé le visage très prudemment. Elle ferma clairement les yeux et murmura : « Aurore vient de choisir. »
Elle ouvrit les yeux à nouveau, regarda ma blessure et dit: «Vous avez déjà rencontré Hans, je vois.”
“Cet idiot m’a tiré dessus.”
“Parfois, c’est le soldat, mais la plupart du temps, il est très gentil avec moi et les autres.”
“Les autres?”
“Certaines de nos vies sont encore en vie, mais d’autres sont enterrées dans le cimetière un peu plus loin.”
Je ne comprenais pas, alors je l’ai laissé ici. Elle a attrapé mon bras et a enlevé le mouchoir. Elle m’a conduit au lac et a commencé silencieusement à nettoyer la blessure. De la forêt, elle ramassa des herbes et en mâcha une bouillie. Ce mélange de sa salive et les herbes, elle l’a fait sur la plaie de saignement météo. Elle a roulé la feuille d’une petite fougère autour d’elle et a traversé un bâton pointu à travers la feuille, le laissant parfaitement en place. La douleur est immédiatement devenue moins et je lui ai donné un baiser reconnaissant. Elle ne lui a pas répondu, mais elle n’a pas désapprouvé non plus. Au loin, des voix sonnaient et elle dit à la hâte : « Il y a Hans. Vous devez y aller.
De quel sens?
“Suivez votre propre chemin, c’est toujours le meilleur.”
Sans regarder, je suis parti. Un nouveau pouvoir impressionnant a coulé dans mon corps et j’ai pensé, si jamais je sortait d’ici, je vais épouser Aurore. Après un certain temps, je suis venu à un cimetière soigneusement entretenu. Les vieilles croix de fer étaient fières de garder la garde. Une clôture de fer bordait le tout. Un nom m’a frappé, mais je n’avais aucune idée pourquoi. Sur la croix était en lettres d’or: “Jean Paul Balzac”.
Pendant un moment, je me suis arrêté à la croix. Ici aussi, j’ai senti la puissance que j’avais ressentie avant de couler en moi et j’ai recommencé à courir. L’étrange forêt s’est transformée en forêt telle qu’elle était censée l’être. Sous mes chaussures, j’ai entendu le crépitement des aiguilles de pin et des brindilles de rupture. Surpris, j’ai regardé le sol et j’ai vu que, là où j’ai posé mon pied, une tache d’asphalte est apparue. J’ai vaguement senti l’odeur d’un barbecue et doucement je marchais à travers. Les taches d’asphalte étaient de plus en plus grand et j’ai entendu des taches de voix joyeuses. Au loin, j’ai vu un pâturage et je savais que j’avais marché à travers la forêt de la mort. La route était de retour tout le chemin du retour, mais maintenant ici et là couvert de brindilles et d’aiguilles de pin. Enfin quelque chose de normal, j’ai pensé. Au bout de la forêt, j’ai vu mes Français amis debout à côté d’un barbecue fumant, ils se sont moqués de moi et ont crié:
“Un autre fopped !”
Aurore, Jean et ma sœur étaient là aussi. Sans changer un mot, Aurore et moi marchions ensemble et nous nous embrassions. Il sonnait inagreement et quelques-uns crièrent:
“C’était le moment.”
Qu’est-ce qui ne va pas avec votre bras, demanda Aurore avec stui.
“Oh, rien, je me suis blessé à une branche cassée sur un arbre.”
Laissez-moi regarder votre bras, proposa Jean.
Surpris, il a regardé le lien avec la blessure et il a dit: «C’est une technique que j’ai vu lors de mon émission en Afrique, où avez-vous appris cela?”
Sur Discovery Channel ou quelque chose comme ça, répondis-je.
Il a enlevé le bandage et a dit, “C’est une blessure par balle, un coup de feu, mais absolument une blessure par balle.”
Non, dit-il en riant, ce qui est dû à une branche cassée d’un arbre. Qui va me tirer dessus dans les bois de la mort maintenant?
Tout le monde riait sauf Jean. Quelques instants plus tard, je l’ai pris discrètement séparément et lui ai murmuré à l’oreille: «Jamais un mot à ce sujet, vous devez me promettre cela.”
D’accord, répondit-il, et il a toujours tenu parole.
Le vin de la glacière et la viande du barbecue goûté aussi merveilleux que la forêt de la mort.
Quand on lui demande, comment s’appelle ton grand-père ? J’ai, bien sûr, eu la réponse: “Jean Paul Balzac.”

En lisant, il avait regardé son beau visage, dont les émotions étaient clairement lues. Elle a claqué le livre et a dit, “Nous allons trouver cette tombe.”
Derrière eux, la forêt s’est refermée.

Wil je de eerste van je vrienden zijn die dit deelt?

Geef een antwoord

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *